avocats de la route

L'ACHAT/VENTE D'UN VEHICULE

L’achat d’un véhicule est, dans la plupart des cas, une décision aux conséquences financières importantes.

Il est donc fondamental, avant de procéder à l’achat d’un véhicule, qu’il soit neuf ou d’occasion, de réfléchir à son mode de financement (achat au comptant, achat à tempérament, crédit privé, leasing).
 
On parle d’achat au comptant si le véhicule automobile est payé, en principe en une fois, en liquide ou par virement bancaire, sans qu’il soit fait appel à des fonds de tiers (banque, société de leasing, etc.).
 
On parle d’achat à tempérament (ou de vente par acomptes) lorsque le prix de vente, au lieu d’être payé en une fois, fait l’objet d’une succession de versements partiels opérés avant ou après la livraison du véhicule.
 
Par le crédit privé, l’acheteur, grâce à la somme mise à sa disposition par une banque ou un organisme de crédit, peut s’acquitter du prix de vente du véhicule comme s’il payait au comptant. Il devra toutefois s’acquitter, en plus du prix de vente, des intérêts représentants le coût du financement du capital prêté. Cette solution, qui peut paraître de prime abord avantageuse si l’acheteur ne dispose pas immédiatement des fonds nécessaires, a toutefois un coût important dans la mesure où les intérêts représentent, en fin de compte, un pourcentage élevé du coût total du véhicule.

 

Le coût d'un leasing

Le leasing n’est pas une solution financièrement intéressante pour les personnes qui ont les moyens de payer au comptant. L’achat en espèces reste en effet la solution la moins onéreuse, sauf si le taux d’intérêt du leasing se situe entre 1 et 1,5%.

Au niveau de l’impôt sur la fortune et sur le revenu, les clients privés ne peuvent ni déduire leur dette ni déduire les intérêts, puisque le contrat de leasing est avant tout un contrat de location. Les indépendants et les clients commerciaux bénéficient toutefois de cet avantage fiscal.